» Ma grand-mère tenait ma main dans la sienne et je ne savais pas que les notes de piano qui flottaient dans l’air et me parvenaient avec de plus en plus d’acuité tandis que nous avancions dans la rue, je ne savais pas que la profonde mélancolie qui donnait à cette musique l’ineffable douceur d’un chant, marquaient mon entrée dans un monde peuplé de choses aussi irréelles et attirantes que des licornes au pelage doré.  » (Citation de Minh Tran Huy)