Pendant ces vacances de février, le 11 très précisément, a lieu, presque incognito, une grande journée : la « Journée internationale des femmes et des filles en science » ! C’est l’ONU qui a proclamé cette journée pour que « toutes les filles, partout dans le monde, puissent vivre leurs rêves, se réaliser et contribuer à l’avènement d’un monde meilleur pour tous et toutes. » Avec ces mots , António Guterres, Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, veut rappeler que les femmes et les filles jouent un rôle essentiel dans la communauté scientifique et technologique et que leur participation doit être renforcée. https://www.youtube.com/watch?v=ijcBLu3Tt_s


Pourtant, les femmes et les filles continuent d’être exclues d’une vraie participation à la science : moins de 30% des chercheurs dans le monde sont des femmes, et elles demeurent rares aux échelons supérieurs de la recherche et de la prise de décision en science.


A l’échelle mondiale, le taux de scolarisation des filles est particulièrement faible dans les domaines des Technologies de l’information et des communications (3%), des sciences naturelles, des mathématiques et de la statistique (5%) et dans les domaines de l’ingénierie, de la fabrication et de la construction (8%).


Or, les filles ne sont pas moins douées en sciences ! Statistiquement, au collège, elles sont même meilleures en maths et elles obtiennent plus de mentions Bien et Très Bien au Bac scientifique que les garçons !

Ainsi, s’il y a 95,90% de réussite féminine (en bleu sur le diagramme) en Bac S, il n’y a que 31, 10% de filles dans les Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles scientifiques ! C’est un vrai paradoxe, contre lequel il faut lutter…

Pour mieux comprendre et expliquer ce phénomène, un site simple et très bien illustré :

https://www.1jour1actu.com/info-animee/pourquoi-y-a-t-il-moins-de-filles-qui-font-des-etudes-de-sciences/


Si les sciences et les technologies peinent à attirer les filles, c’est donc la faute à de nombreux préjugés sexistes. Pourtant, celles qui tentent leur chance sont courtisées par les écoles d’ingénieurs, les facs de sciences et les recruteurs. Alors, stop aux idées reçues, comme le prouvent les vidéos présentes sur cette page du site de l’Onisep : http://www.onisep.fr/Equipes-educatives/Egalite-filles-garcons/Filles-et-sciences-5-idees-recues


Permettez-moi alors de partager un coup de cœur pour le blog « Allez Les Filles ! Osez les sciences », créé par des lauréates du PVST d’Ile-de-France, c’est-à-dire le Prix de la Vocation Scientifique et Technique des filles, organisé chaque année par le Ministère en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes. Vous pourrez y découvrir des articles, des posts, des vidéos, des photos et des interviews très éclairantes ! En ce moment figure à l’honneur l’interview de Sabrina Ihaddaden, jeune scientifique, brillante ingénieure et modèle inspirant pour montrer aux filles que les sciences de l’ingénieur c’est aussi pour elles. On peut s’y épanouir, faire un métier qui plaît, travailler à l’étranger ou sur de grands projets européens, faire traverser des trains du futur sous Londres ou envoyer des engins super performants dans l’espace.

https://allezlesfilles.wordpress.com/

Enfin, pour les plus passionné-e-s d’entre vous, le cycle de conférences « 5 à 7 de l’Académie des sciences – Cycle Histoire et philosophie des sciences », a proposé récemment une réflexion sur la question : « Femmes de science : oubliées, spoliées, femmes de… Mais encore ? »
https://www.youtube.com/watch?v=Zl2OWU4nBXA&feature=youtu.be (à partir de la 5ème minute)

Vive les sciences et vive les filles !