La Journée internationale des droits des femmes trouve son origine dans les manifestations de femmes au début du XXe siècle, en Europe et aux États-Unis, réclamant des meilleures conditions de travail et le droit de vote.

      

C’est en 1975, lors de l’Année internationale de la femme, que l’Organisation des Nations Unies a commencé à célébrer cette journée internationale des femmes le 8 mars.  C’est l’occasion d’une journée de rassemblements à travers le monde pour faire un bilan sur la situation des femmes. Traditionnellement les groupes et associations de femmes militantes préparent des événements partout pour fêter les victoires et les acquis,  faire entendre leurs revendications et améliorer la situation des femmes. Les Nations Unies définissent chaque année une thématique différente et le thème du 8 mars 2020 est « Je suis de la Génération Égalité : Levez-vous pour les droits des femmes » !

Mais, si une telle journée se  comprend aisément dans le contexte mondial où les droits des femmes sont très souvent bafoués,  le 8 mars a-t-il encore du sens en France ? Malheureusement oui ! Des situations inadmissibles persistent : depuis 2019, une femme meurt sous les coups de son conjoint tous les 2 jours ; 65% des femmes ont subi une situation de harcèlement dans la rue ; 38% des personnes SDF sont des femmes et on imagine combien la violence de la rue doit être encore plus dure pour elles.

Et puis les inégalités salariales perdurent (l’écart des salaires est de 24%) ; 1/3 des mères travaillent à temps partiel contre 4% des pères ; quant au temps consacré aux tâches domestiques, il est encore très largement supérieur chez les femmes (plus d’1h20 en plus que les hommes chaque jour !) ; en politique, il n’y a que 26,2% de femmes à l’Assemblée Nationale et, dans le sport, on connaît la difficulté des femmes à obtenir une audience, une rémunération et une considération égales à celles des hommes …

Ce ne sont là que quelques exemples : dresser la liste complète des inégalités persistantes entre les femmes et les hommes pourrait prendre beaucoup de temps !

Cette journée du 8 mars est donc toujours d’actualité. 

 

Et pour comprendre, avec humour, combien la moitié de l’humanité n’a pas la place qu’elle mérite, regardez cette vidéo qui, en décrivant une situation inversée, montre de façon très claire à la fois l’origine et l’étendue du problème !

https://www.youtube.com/watch?v=Ltu5PTSaUv0

Un vaste chantier donc, mais au final on a tous à y gagner, car lutter pour les droits des femmes, c’est revendiquer les mêmes droits pour toutes et tous et militer, par conséquent, pour plus d’égalité, plus de respect et donc plus d’humanité !

Et si le 8 mars, finalement, c’était toute l’année ?