Silhouette, Jean-Claude Mourlevat.

 

La nouvelle « Silhouette », d’une quinzaine de pages, est parue dans le recueil de nouvelles du même titre en 2013.

http://www.revenpages.com/site/wp-content/uploads/2013/03/Silhouette-Mourlevat.jpgLe thème

La vie d’une femme ordinaire est bouleversée par une expérience extraordinaire : un rôle de « silhouette » au cinéma.

Les personnages

Pauline Dewinckers, 40 ans, est employée dans une banque (la Caisse d’Epargne). Elle est en couple et mère d’un enfant de onze ans.

Pierre Birabet, 50 ans, est un acteur français célèbre.

Pierre est l’acteur préféré de Pauline.

Cadre de l’histoire 

L’histoire se déroule en France, dans les villes de Saint-Etienne, Lyon et Saint-Galmier en région Rhône Alpes. On peut supposer que l’histoire se déroule au XXè ou XXIè siècle.

L’histoire 

Pauline Dewinckers répond à une annonce pour être figurante dans le film de son acteur préféré, Pierre Birabet. Elle passe le casting et apprend peu après qu’elle a été sélectionnée parmi des centaines de concurrentes. Elle ne sera pas simplement figurante mais silhouette. Elle est tendue à l’idée de tourner une scène au côté de Pierre. Elle découvrira par la suite que le résultat ne sera pas à la hauteur de ses attentes.

 

 

 Mon avis sur cette nouvelle

Le personnage de Pauline est attachant. Les lieux et décors sont réalistes ce qui permet de s’identifier à ce personnage. Cette nouvelle illustre la dure réalité du monde du cinéma.  

J’ai trouvé cette nouvelle facile et captivante: l’histoire est écrite de façon soignée mais dans un langage courant. En plus, le suspense est présent jusqu’au moment de la chute, ce qui donne envie de prolonger la lecture.

Extrait choisi

Ce passage nous montre à quel point Pauline Dewinckers idolâtre son acteur préféré :

« Depuis l’âge de quinze ans, elle considérait Pierre Birabet comme le meilleur comédien français. En tout cas, il était celui qui la touchait le plus. Qui la troublait le plus. Elle n’en était pas amoureuse à la façon d’une midinette, d’ailleurs il ne possédait pas ce genre de beauté immédiate qui affole les jeunes filles. Sa séduction se cachait dans des régions plus sombres et plus secrètes. Elle aimait sa voix grave, son visage éprouvé par la vie, et la mélancolie de son regard. Elle le suivait depuis toujours, elle connaissait tous ses films, c’est-à-dire une trentaine. Elle en avait vus certains deux fois ou même trois. Il avait dans les cinquante ans. Elle en avait dix de moins et estimait qu’ils auraient constitué un très beau couple.  »

 

http://www.babelio.com/users/AVT_Jean-Claude-Mourlevat_8933.jpeg

L’auteur

Jean-Claude Mourlevat est un auteur français né le 22 mars 1952 à Ambert en Auvergne, de parents agriculteurs. Il exerce tout d’abord le métier de professeur d’allemand puis de comédien. Depuis 1997, il publie des ouvrages pour la jeunesse, dont La balafre (1998), L’enfant océan (1999), La rivière à l’envers  (2000-2001), Le combat d’hiver (2006), Le chagrin du roi mort (2009), et Silhouette (2013). Il a reçu de nombreux prix.  Il réside actuellement près de Saint-Etienne avec son épouse et leurs deux enfants.

SAVOYE Manon, 3ème F